Nous sommes à un tournant de notre société : continuer comme avant ou apprendre à faire autrement ? Reprendre ce qui se faisait et le développer, ou revoir le fonctionnement de notre économie pour qu’elle soit plus respectueuse du vivant ? Renouveler nos erreurs en valorisant l’argent comme but principal de l’humanité ? Ou bien reconsidérer le travail comme un outil de solidarité, de soutien, de développement personnel et collectif ?

1 – Une économie sociale et solidaire, qu’est-ce que c’est ?

Pour faire court et clair, ce sont les entreprises et organisations qui essayent de concilier économie et équité sociale. L’objectif de ces organisations, c’est de trouver une utilité collective à leurs actions, de mettre en place des services qui permettent de limiter l’exclusion sociale, la destruction de l’environnement, l’exploitation de l’humain sous toute ses formes.

Un autre aspect important de ces organisations, c’est la non-lucrativité ou lucrativité limitée. C’est à dire que le but n’est pas d’enrichir de plus en plus certaines personnes qui ont le pouvoir pendant que d’autres travaillent pour pas grand chose. Non, ce qui est gagné est réinvesti dans les actions et auprès des bénéficiaires : salariés, usagers, et toujours au service du projet collectif.

La gouvernance y est également démocratique : pas de grand chef qui décide pour tout et tout le monde dans son propre intérêt. Chaque voix a la même valeur, l’humain prévaut sur le capital. Ça fait rêver et pourtant ce modèle d’économie existe depuis plusieurs décennies !

2 – Une économie sociale et solidaire est-elle viable dans la durée ?

Même si la loi qui reconnait l’économie sociale et solidaire ne date que de 2014, ce mode d’action solidaire et équitable existe depuis plus longtemps. Des chiffres remontant à 2000 montrent une progression de l’emploi de 24% jusqu’en 2017 (entreprise.banque-france), et ce n’est qu’un début ! Le cercle vertueux de cette économie est une issue à un fonctionnement basé sur la compétitivité, la spéculation et l’enrichissement d’un petit nombre au détriment des autres. Elle représente donc l’avenir !

Schéma du développement durable

Parce qu’une économie sociale et solidaire, c’est également une économie du développement durable, elle peut être le modèle sur lequel l’avenir se base pour reconstruire son économie dans le respect du vivant, de l’humain et de la nature.

Pour avoir des chiffres et des images qui résument parfaitement la place de l’économie sociale et solidaire dans la société actuelle, je vous invite à visiter cette page du site de l’UDES (union des employeurs de l’ess).

3 – Qui sont les acteurs de l’économie sociale et solidaire ?

Ils sont bien plus nombreux que vous ne l’imaginez et vous êtes surement en contact avec eux sans le savoir. Ils font partie de notre quotidien, dans le domaine de la santé, de l’alimentation, de l’aide aux personnes, de l’emploi… Ils emploient des professionnels de toutes compétences et chacun peut trouver sa place dans un secteur de l’ESS existant ou à inventer !

Le blog des associations d’Alain GIOANNI

Alors qu’est-ce qui nous empêche aujourd’hui de développer cette économie, au lieu de continuer à détruire notre planète pour enrichir quelques hommes à la recherche du pouvoir ?

Montrons leur, par nos actions solidaires, équitables, respectueuses, que nous valons mieux qu’eux et que nous ne voulons pas leur ressembler : ils ne sont pas nos modèles, nous ne désirons pas leur argent, leur confort, leur inhumanité. Nous voulons un autre monde, qui nous ressemble, à nous, humains simples et désireux de faire mieux.

Pour en savoir plus sur l’ESS, vous pouvez aller vous promener sur le site de l’AVISE (le portail du développement de l’économie sociale et solidaire) qui vous apportera certainement des réponses.

Je vous dis à bientôt pour un article sur entrepreneuriat social, une autre piste à développer !


1 commentaire

A WordPress Commenter · avril 23, 2020 à 12:16

Hi, this is a comment.
To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
Commenter avatars come from Gravatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *